top of page
  • Manon Brousseau

Chronique de Noël

Dernière mise à jour : 10 déc. 2023

J’ai passé quelques temps à la recherche d’un sujet à vous partager pour ma première chronique. Bien sûr, le temps des Fêtes approchant, ma première idée a été de vous parler de ce thème. Mais, bien que l’histoire du Père Noël soit fascinante, j’ai décidé de partir à la recherche de quelque chose que nous n’avons pas beaucoup entendu parler, du moins pour ma part et de plusieurs de mes proches lorsque je leur en ai touché un mot.

Une tradition qui nous vient de loin, de l’autre côté de notre beau continent, en Europe du nord plus précisément, là où les forêts sont gorgées de ces beaux géants. Je parle ici du sapin de Noël et voici son histoire et son arrivée au Québec…


Tout d’abord, il faut dire que les premiers sapins de Noël ont été popularisés, entre autres, par des familles royales qui ont contribuées à son évolution. En 1848, la reine Victoria et son mari le prince Albert captèrent l’attention du monde entier en posant dans le magazine Illustrated London News une illustration de leur famille rassemblée autour d’un sapin de Noël décoré. C’est le prince Albert, le mari allemand de la reine Victoria, qui amène la tradition de son pays natal. Le sapin décoré devient une mode dans l’Empire britannique.

Que mettait-on comme décoration sur un sapin ? On y plaçait par exemple des pommes et des fruits séchés. Longtemps, les bonbons colorés constituèrent un élément important de la décoration des arbres de Noël. Les arbres du milieu du XIXe siècle étaient décorés de guirlandes de fleurs en papier et de bonbons suspendus et garnis de rubans. Vers 1870, apparurent des bonbonnières ou cornets remplis de sucreries et de petits présents.

Ensuite, on y plaçait des bougies fixées aux branches avec de la cire ou des épingles. Puis, de petites lanternes et de petits bougeoirs tenus par des pinces furent créés afin de rendre l'illumination de l'arbre moins périlleuse. On raconte que jusque vers 1910, des arbres furent illuminés dans les salons avec des bougies, puis la pratique s'éteignit. Votre agent d'assurances n'aimerait sûrement pas apprendre que vous illuminez encore votre arbre avec des bougies!

Jour historique que ce 21 octobre 1879, alors que l'ingénieux Thomas Edison a inventé l'ampoule électrique. Trois ans plus tard, l'un de ses fidèles associés, Edward Johnson, illumina un sapin avec une guirlande de 80 petites ampoules. La production manufacturée de ces guirlandes débuta vers 1890.

Au Québec, c'est à Westmount, il y a plus de cent-vingt-cinq ans, en 1896, qu'on a illuminé un premier sapin avec de petites ampoules électriques. À Québec, vers 1910, les clients virent pour la première fois au grand magasin Paquet des sapins illuminés à l'électricité. D'abord utilisées pour les sapins à l'extérieur, les guirlandes de « lumières de Noël » devinrent à la mode aussi dans les maisons, où malheureusement elles furent à l'origine de plusieurs incendies. « Ne laissez pas votre arbre allumé quand vous quittez la maison » fut longtemps un mot d'ordre.

Quant aux crèches sous les sapins, c’est vers 1930 qu’elles ont fait leur apparition. Peu importe son origine et l'époque où elle a été créée, la crèche représente toujours la même scène : celle de la Nativité. Les personnages incontournables de la crèche sont Marie et Joseph, agenouillés dans une étable devant leur nouveau-né, Jésus, couché dans une mangeoire. À eux s'ajoutent bien souvent le boeuf et l'âne, qui ont réchauffé l'enfant. Ils peuvent être accompagnés des bergers et de leurs moutons. Les rois mages, Balthazar, Melchior et Gaspar, se joignent parfois au groupe, avec leur serviteur et leur chameau.

Et s’ajoutent à toutes ces décorations, les cadeaux de Noël dont petits et grands attendent avec impatience chaque année! Joyeux Noël et bonne année à vous tous !

Manon Brousseau

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page