top of page
  • Manon Brousseau

Doris Lussier (Père Gédéon) | Octobre 2023


Pierre Dorice René (Doris) Lussier est né à Fontainebleau le 15 juillet 1918. Il est l’aîné des trois enfants de Rose-de-Lima Picard et de Donat Lussier qui s’étaient épousés le 7 mai 1917 en l’église Saint-Raymond-de Pennafort de Fontainebleau. Donat Lussier est décédé le 19 février 1922 à l’âge de 26 ans. Rose-de-Lima et ses trois enfants demeurent chez les parents de Donat, Prospère Lussier et Mary Galipeau, à Fontainebleau jusqu’au remariage de Rose-de-Lima à Elzéar Perreault le 11 mai 1925 à Stratford. La famille se retrouve alors à Lambton.


Doris commence son cours primaire à l’école du village de Fontainebleau puis fréquente l’école de rang à Lambton jusqu’à l’âge de 12 ans, c’est là qu’il rencontre pour la première fois Alice Gagnon qui deviendra plus tard son épouse. En 1930, il entre au Séminaire de Québec, poursuit ses études classiques comme pensionnaire et obtient son baccalauréat. En 1940, il fait son entrée à l’école des sciences sociales de l’Université Laval, il travaille comme servant de messe et garçon de table au séminaire pour payer ses cours à la faculté des Sciences sociales. Il obtient son diplôme en Sciences politiques.


Après son départ de Fontainebleau, Doris continue à passer ses étés sur la ferme de son grand-père jusqu’à la vente de celle-ci, en 1932, à Jules L’Heureux. La terre fut ensuite vendue à Évangéliste Poulin en 1947, puis à Claude Poulin, son fils, jusqu’à récemment. Selon certains témoignages, Doris continuera à se rendre à Fontainebleau chaque année où il rend visite à sa soeur Claire et passe visiter la famille Poulin. C’est comme un pèlerinage. Nous avons des photos à la Société qui le montre jouant au tennis avec ses amis de Weedon et de Fontainebleau dans les années 30 et 40.


Le 22 août 1944, Doris épouse Alice Gagnon en l’église de Saint-François-d’Assise, à Québec. Le couple a deux enfants, Jean et Pierre.


En plus d’être le secrétaire particulier du doyen, le père Georges-Henri Lévesque, fondateur de la faculté des Sciences sociales, Doris enseigne à l’Université Laval de 1946 à 1954. Doris Lussier est passionné par les artistes, et veut tout connaître d’eux. En 1953, il crée un peu pour rire, le personnage du Père Gédéon. En 1954, le directeur de Radio-Canada à Québec lui demande d’écrire quatre épisodes d’une émission Le Monde vu de la terrasse, c’est la première fois que l’on voit le père Gédéon à la télévision.

Doris devient tellement populaire avec son personnage qu’il délaisse l’enseignement. Son premier grand rôle lui sera donné par Roger Lemelin. Il joue le frère du père Plouffe dans la série La famille Plouffe, pendant onze saisons. Il anime également plusieurs émissions à la télévision. Dans les années 70, il délaisse de plus en plus la télévision. Il écrit de nombreux articles et de nombreux livres dont celui qui restera sans doute un classique, Viens faire l’humour.


En 1966, il commence à jouer au golf. En 1981, à l’âge de 63 ans, il réussit à jouer la normale au club de golf de Beloeil, exploit qu’il ne répétera jamais.


En 1968, après avoir siégé à la commission politique du Parti Libéral, Doris suit René Lévesque au Mouvement Souveraineté-Association. En 1970, il perd ses élections (PQ) par 280 voix dans Matapédia contre Bona Arsenault malgré le slogan Il faut que Bonaparte. Ce fut la fin de sa carrière politique. Il continue quand même à appuyer la cause de l’indépendance et de la souveraineté du Québec.

Doris Lussier décède le 28 octobre 1993 à l’hôpital de Montréal, à l’âge de 75 ans, emporté par un cancer généralisé. Ses cendres furent déposées au cimetière Saint-Raymond, à Fontainebleau et sur sa pierre tombale on peut lire : « Je suis allé voir si mon âme est immortelle ». Il repose près de son épouse, Alice Gagnon, son fils Jean, ses soeurs Thérèse et Claire, son père Donat et ses grands-parents, Prospère et Marie Galipeau.


La personnalité de Doris Lussier était très différente de celle de son personnage, le père Gédéon. On dit qu’il était très curieux, très poli, qu’il parlait simplement et qu’il n’aurait jamais fumé la pipe, etc.


Il y a vingt ans, soit le 1er juin 2003, la Société d’histoire de Weedon organisait une fête hommage à Doris Lussier et aux familles Lisée. Dans le cadre de cette fête, on a commémoré les dix ans du décès de Doris Lussier en installant une plaque de cuivre sculptée par Jacques Lisée, posée sur une pierre, transportée de la ferme de Prospère Lussier et installée à la Place Doris Lussier par Léo Barolet et Laurier Denis.


Parmi les invités on comptait : son épouse Alice Gagnon, son fils Pierre accompagné de son épouse et de ses enfants Jade et Dominique et de sa soeur Claire, sous la présidence d’honneur de son ami Bernard Landry et son épouse Chantal Renaud. Plus de 300 personnes ont participé à la fête. Beaucoup de monde pour un petit village comme Fontainebleau. Un panneau explicatif sur la vie de Doris Lussier fut ensuite installé par la Société d’histoire de Weedon le 28 octobre 2005.


Nicole Fontaine, présidente

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page