top of page
  • Manon Brousseau

Adjudant-maître Mario Mercier | Octobre 2023


Comme tous les ans, en octobre, la Société d’histoire de Weedon vous invite à lire la biographie d’un de ses militaires. Voici celle de l’adjudant maître Mario Mercier, mort au combat.


Joseph Christian Michel Mario Mercier est né en la paroisse de Saint-Janvier de Weedon, le 5 mars 1964. Il est le fils adoptif de Marguerite Métivier et de Paul-Émile Mercier, bûcheron originaire de Garthby. Ceux-ci s’étaient épousés en l’église de Saint-Gérard-Majella, à Saint-Gérard, le 16 juillet 1955. La famille s’établit à Sherbrooke puis à Fleurimont. Mario termine ses études primaires en 1977 à l’école du Coeur, à Sherbrooke, et ses études secondaires en 1983 à l’école Le Ber.


Mario Mercier fait partie des cadets en 1980. Le 1er janvier 1981, à Sherbrooke, il s’enrôle comme soldat dans la réserve de la 52e Compagnie médicale (renommée 52e Ambulance de campagne depuis 1997). Il est promu caporal le 1er janvier 1982. Le 18 juillet 1984, à Québec, il décide de s’enrôler comme soldat dans l’armée active. Il se joint au 2e Bataillon du Royal 22e Régiment et fait son entraînement à la base de Valcartier. Par la suite, il est muté au 1er bataillon du Royal 22e Régiment à Lahr, en Allemagne, où il sert d’août 1985 à juin 1989.


De retour au Canada, il est muté de nouveau au 2e Bataillon et participe une première fois au déploiement du contingent canadien en ex-Yougoslavie avec les Nations-Unies, de mai 1993 à octobre 1993. En 1995, il est muté au 1er Bataillon qui est mobilisé à Valcartier depuis 1993. Il participe au déploiement du groupement tactique du 1er Bataillon sous l’égide des Nations-Unies, cette fois en Haïti, d’avril 1996 à octobre 1996. De retour au Canada, il est toujours au 1er Bataillon et, en 1999, il sert une seconde fois en ex-Yougoslavie, mais cette fois sous l’égide des Forces de l’OTAN. À son retour, il est muté à titre de personnel de soutien auprès des Fusiliers du Saint-Laurent, à Rimouski, poste qu’il occupe jusqu’en juin 2005.


À son retour à Valcartier, il sert de nouveau dans le 2e Bataillon. Il est promu adjudant-maître le 1er janvier 2006 et devient sergent-major de compagnie au sein de la Compagnie B du 2e Bataillon du Royal 22e Régiment. En juillet 2007, son unité sert au sein du groupement tactique du 3e Bataillon déployé en Afghanistan pour l’opération Eagle Eye, menée conjointement par les Forces de sécurité nationales afghanes (FSNA) et la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) dans le but de stabiliser davantage le district de Zharey. Le 22 août 2007, les membres du 3e Bataillon et des FSNA avancent en vue de sécuriser la région occidentale du district de Zharey, où les rebelles se montrent les plus actifs.


Cette opération a pour objet de renforcer les conditions de sécurité de sorte que des rencontres puissent avoir lieu avec les aînés et les autorités du district pour permettre la réalisation des projets de reconstruction. Ce jour-là, tout bascule. Alors que son unité est installée près de la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, repaire d’un grand nombre de talibans qui se servent de l'endroit comme base arrière pour attaquer des villages, l’équipe de Mario Mercier a pour mission de faire reculer les talibans pour libérer les villages et y faire entrer la police. Ce jour-là, le véhicule blindé léger (VBL III) s’est éventré en passant sur un engin artisanal. Mario Mercier, Christian Duchesne et un interprète afghan sont tués. Sa dépouille est rapatriée à la base de Trenton, en Ontario, puis on lui octroie des funérailles militaires en l’église de Saint-Gérard-Majella à Val-Bélair le 31 août 2007. Il est inhumé au Parc Commémoratif de la Souvenance, à Québec.


Pour ses bons et loyaux services, Mario Mercier reçoit la Médaille du sacrifice (posthume), la Décoration des Forces canadiennes (CD) et la Croix du service méritoire (division militaire) remise en 2008. Son nom est inscrit à la page 226 du Livre du Souvenir - Au service du Canada, sur le monument de guerre du Royal 22e Régiment, sur la place Georges V à Québec, sur un monument à la mémoire de deux soldats morts le 22 août 2007, Christian Duchesne et Mario Mercier, sur la montagne de Ghundy Ghar et sur le cénotaphe de Weedon.


Mario Mercier était un militaire accompli dont la condition physique impressionnait souvent les plus jeunes que lui. Il s’entraînait au vélo, aux poids et haltères et au hockey. Mario Mercier épouse Lucie Ardouin, demeurant à Fleurimont, en l’église du Coeur-Immaculée-de-Marie à Sherbrooke, le 17 août 1985. Le couple a trois enfants : Maude, Simon et Myriam.


Nicole Fontaine, Thérèse Lavertu et Jean-Marie Dubois

4 vues0 commentaire

Kommentare

Mit 0 von 5 Sternen bewertet.
Noch keine Ratings

Rating hinzufügen
bottom of page